Le don du vivant

Est-ce qu'il y a moins de risques de rejet lorsque le donneur est un parent du receveur ?

Gabrielle

Notre réponse

Bonjour,

Il faut rappeler qu'aucune personne majeure n'est écartée d'emblée en tant que candidat potentiel au don Quand on parle de don d’organes ou de tissus, on fait référence à la volonté de la personne qui va être prélevée. Quand on parle de prélèvement, on fait référence à l’acte médical qui est rendu possible par le don. En France, le prélèvement ne peut pas se faire sur une personne qui était contre le don. d'un rein à son proche malade. Un bilan médical complet est réalisé pour s'assurer de la compatibilité et de l'absence de risque pour le donneur Le donneur est la personne sur laquelle le prélèvement d’organes et/ou de tissus a été effectué. et pour le receveur Le receveur est le malade qui bénéficie de la greffe. . La recherche de la meilleure compatibilité possible entre un donneur et un receveur de rein est une règle fondamentale de la sélection des donneurs vivants potentiels. 

L'équipe médicale va s'assurer de la compatibilité des groupes sanguins ABO entre le candidat au don et le futur receveur. Le risque pour un couple donneur receveur non apparentés (époux, amis) d’être incompatible au niveau du groupe sanguin est estimé autour de 36%. Le groupe Rhésus n’intervient pas dans la greffe La greffe est le remplacement, au moyen d’un acte chirurgical, d’un élément du corps humain qui ne fonctionne plus par un élément du corps humain qui fonctionne correctement. Cette technique est envisagée par les médecins lorsque plus aucun autre traitement ne marche. d’organe.

La compatibilité HLA va également être examinée par l'équipe médicale. Le système HLA correspond à la carte d'identité génétique de chaque individu. L'équipe médicale va s'assurer par exemple que le receveur n'a pas d'anticorps dirigé contre le candidat au don. Pour ce faire, des tests immunologiques sont réalisés pour vérifier les éventuelles incompatibilités.

Toutefois, la réaction de rejet contre le rein greffé est de mieux en mieux maîtrisée par les traitements médicamenteux dits anti-rejets ou immunosuppresseurs. Cependant l’existence d’une bonne compatibilité, voire d’une identité HLA, comme elle peut exister entre frère et sœur est un avantage. 

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine.

Back to top