Les étapes du don à la greffe

Depuis quand existent les greffes d'organes en France ?

Sarah

Notre réponse

Bonjour,

Si des médecins ont expérimenté la greffe La greffe est le remplacement, au moyen d’un acte chirurgical, d’un élément du corps humain qui ne fonctionne plus par un élément du corps humain qui fonctionne correctement. Cette technique est envisagée par les médecins lorsque plus aucun autre traitement ne marche. rénale dès le XIXème, c’est après la seconde guerre mondiale que la greffe rénale va focaliser l’attention de plusieurs équipes chirurgicales, aux Etats-Unis et en France notamment.

La France va se distinguer en 1952 avec la première tentative de greffe à partir de donneur Le donneur est la personne sur laquelle le prélèvement d’organes et/ou de tissus a été effectué. vivant. L’opération, réalisée à l’hôpital Necker par l’équipe du Professeur Jean Hamburger, est un succès, mais 21 jours après sa greffe, le jeune homme décède.

A la fin des années 1960, plusieurs équipes réussissent la greffe d’autres organes que le rein et notamment celle du coeur.

En 1967, le Pr Christian Barnard tente la première greffe du coeur au Cap, en Afrique du Sud. En 1968, c’est le Pr. Christian Cabrol qui réalise la première greffe cardiaque européenne, à Paris. Un an après la première greffe de cœur, 102 tentatives ont été réalisées dans le monde.

La diversification des organes greffés est favorisée par la description des neurologues français, dès 1959, de la mort La mort correspond à la destruction totale et irréversible des fonctions de l’encéphale, à savoir l’ensemble formé par le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. Le constat de mort repose sur trois observations cliniques : l’absence totale de conscience et de mouvements, la disparition totale des réflexes du tronc cérébral, l’absence de respiration spontanée. encéphalique. Cette circonstance de décès permet de préserver l’état fonctionnel d’organes plus fragiles tel que le rein, qui se dégradent rapidement dès que l’irrigation sanguine cesse.

Malgré ces avancées, jusqu’aux années 1980, l’activité de greffe est essentiellement consacrée au rein. La technique de greffe a beau avoir accompli de grands progrès, elle se heurte toujours à un obstacle majeur, la question du rejet. Pour que la greffe réussisse, il faut que le système immunitaire du receveur Le receveur est le malade qui bénéficie de la greffe. ne rejette pas l’organe du donneur. Mais l'utilisation de la cyclosporine à partir de 1982 pour le traitement des personnes greffées marque un tournant dans l’histoire de la greffe. Avec cette nouvelle génération de médicaments anti-rejets, la survie des patients est considérablement améliorée.

En espérant avoir répondu à votre question, 

l'Agence de la biomédecine. 

Back to top